Nice-Méridia – Résidence Arbora

Comme toujours à Nice, la force du site, du paysage et de l’exposition a su marquer l’ordonnancement urbain de façon majeure. Quand Biasini positionne ses grands immeubles perpendiculairement au boulevard de Cimiez avec leurs longues façades Sud ouvertes sur des parcs, quand le Consiglio d’Ornato ménage dans son plan à damiers de la ville “classique” des espaces verts sur les alignements sud avec les immeubles en retrait, nous sommes loin de l’alignement féroce de la ville haussmannienne. Et là, 150 ans plus tard, enfin une nouvelle occasion d’affirmer cette évidence et cette prééminence du paysage et de la lumière dans le début de l’urbanisation de la plaine du Var.

La transcription de cette attitude dans la problématique de l’îlot Ste Marguerite va être le tissage du grand paysage du pied de colline constitué d’une large bande de pins et de chênes et l’affirmation du grand axe structurant Nord-Sud que va devenir le boulevard Paul-Montel. Notre propos, là aussi, est de renouer avec le bon sens perdu qui faisait descendre les collines et leur végétation vers la ville et d’oublier les années plus récentes où l’on a édifié des barrières étanches entre les deux dans un clivage absurde entre la ville et le paysage.

  • Programme :
    Construction de 69 logements + commerces
  • Maître d’ouvrage :
    Cogedim + Icade
  • Architectes associés :
    Brante et Vollenweider – In Situ – Reichen et Robert
  • Mission :
    Conception et Direction architecturale
  • Montant des travaux :
    74 000 000 €
  • Réception des travaux :
    fin 2011
  • Surface :
    5 900 m²
  • Lauréat du concours